On ne présente plus Olivier Andrieu, auteur de nombreux livres sur Internet et le référencement depuis 1994, élu meilleur référenceur français par le Journal du Net.

Content first ? Une évidence pour ce pionnier du SEO.

 

Contenus et référencement, c’est une longue histoire sur le mode « je t’aime moi non plus » ?
Historiquement, il existe plusieurs façons de voir le métier du SEO. L’approche white hat privilégie la qualité et vise l’internaute, avant de viser le moteur.  Le SEO black hat ne s’intéresse pas à tout cela en exploitant les failles de l’algorithme. La notion de contenu est évidemment complètement différente entre ces deux approches.
Aujourd’hui, c’est l’approche white hat, la partie « propre » du métier du SEO qui l’emporte. Google a réussi à imposer des règles qui rendent très difficile le fait de manipuler et de bidouiller pour être bien positionné. Les « astuces » pour passer devant les sites concurrents ont une durée de vie de moins en moins longue.

Le contenu est donc fondamental ?
Tout part du contenu. Même si les trois fondamentaux du référencement restent toujours les mêmes (contenus + technique + liens), il est devenu aujourd’hui quasi impossible de mettre en avant un contenu qui ne soit pas de qualité.
Si on vise la pérennité, le point de départ c’est un contenu de bonne qualité. Un contenu qui va répondre aux questions des internautes. Mots-clés, questions, recherche vocale… c’est la forme qui change, le travail de SEO reste le même : répondre à l’intention de recherche de l’internaute.

Les spécialistes du référencement ne parlent plus que de contenu de qualité. C’est quoi, pour le SEO, un contenu de qualité ?
Pour l’internaute, c’est un contenu qui répond à sa question. Pour Google, c’est un contenu sur un site qui a un bon trust (liens de qualité, etc…) avec, toujours, cet aspect statistique (la notion de répétition des mots-clés). Mais les répétitions basiques et les mots-clés sans faire attention au français, c’est terminé. Il faut proposer un champ lexical riche et étendu, des termes en relation avec l’intention de recherche pour apporter une dimension sémantique. Ces textes se positionnent bien sur Google.
Il y a tout à gagner sur le long terme à produire du contenu de qualité pour la transformation comme pour la fidélisation.

Tout le monde veut être en première page de Google, mais produire à cette fin beaucoup de contenus effraie parfois les entreprises…
Pour être le premier sur Google, il n’y a pas de formule magique. Le référencement est accessible à tous, c’est le plus souvent du bon sens, des connaissances et du temps. Le contenu nécessite du temps.
On voit beaucoup d’articles un peu bidon, faits par des agences SEO qui font du contenu au kilomètre, en passant parfois par des sources off shore. Ce n’est pas bon, car il n’y a pas de connaissance du métier, des produits…
Le meilleur référencement pour une entreprise est fait par elle-même. Il faut accompagner l’entreprise. L’intérêt est d’avoir des textes rédigés par une personne qui connaît bien le métier de l’entreprise, mais en étant guidée par des professionnels afin d’avoir le recul nécessaire pour ne pas jargonner et utiliser les expressions qui sont recherchées.
Par exemple, il y a quelques années Louis Vuitton voulait utiliser le terme « souliers », qui est utilisé en interne, alors que les requêtes portent sur le mot « chaussures ». Il faut apprendre à écrire avec les mots de ses clients, de ses prospects. Faire correspondre l’offre et la demande.

Est-ce que le travail de référencement est un passage obligé pour une entreprise ?
Le SEO, c’est 50% du trafic. Ne pas faire de SEO est suicidaire. Et, plus l’univers est concurrentiel, plus le SEO est important. Alors que tous les sites n’ont pas besoin de faire des campagnes AdWords, le SEO est incontournable pour un trafic pérenne.

La recherche vocale signe-t-elle la mort du contenu pour le SEO ?
Le problème de la recherche vocale ce n’est pas le contenu, mais comment générer du trafic, puisqu’il n’y a qu’une seule réponse à une requête.
L’algorithme de Google exige une excellente syntaxe et une excellente grammaire pour la synthèse vocale. La notion de rédaction de qualité est encore plus importante. C’est le meilleur contenu, le plus intéressant, le mieux écrit qui sera choisi par Google. Et il n’y a qu’un gagnant. Un vrai challenge !

 

Olivier Andrieu en 3 mots-clés

 

  • Abondance : site de référence du SEO et des moteurs de recherche, nom de la société de ce consultant indépendant créée en 1996.
  • Bible : auteur d’une quinzaine de livres sur le référencement. Dont la bible « Réussir son référencement web » (Eyrolles) qui en est sa 10e édition.
  • Potion magique : s’il n’y a pas de formule magique pour le référencement, Olivier Andrieu est tombé dans la potion magique tout petit. Il a écrit « Le livre des 40 ans d’Astérix » et co-écrit le « Dictionnaire Goscinny » et deux autres livres sur cet univers de la BD.